HomeEdito



Editoriaux

Notre source est au Vietnam...

"EN 1993, à l'âge de 49 ans, après 23 ans de pratique des Arts Martiaux Vietnamiens dont 16 ans d'enseignements je me retrouvais coupé de mes sources et à la croisée des chemins.

Le premier à m'avoir fait découvrir cet univers en 1970 Maître NGUYEN TRUNG HOA avait disparu, le second Maître HOANG NAM de même; Le Vovinam-Viet Vo Dao que j'avais suivi pendant près de 10 saisons ne pouvait offrir à un homme de 50 ans une pratique sérieuse et adaptée. Après plusieurs années d'hésitation entre les différentes écoles qui, en France, me proposaient de les rejoindre, je décidais de me remettre en question et d'aller à la source.

En juillet 93, profitant de l'ouverture du Viet Nam et surmontant mes doutes et mes hésitations, je suis allé en quête d'une école qui m'accepterait , d'abord comme pratiquant puis comme enseignant. Pour seules pistes  j'avais une brochure datant de 1990 sur les clubs d'Arts Martiaux d'Ho Chi Minh ville et les panneaux publicitaires de clubs que je découvrais dans chaque quartier en me promenant dans la ville. Je m'y rendais systématiquement. Avec simplicité, j'expliquais que j'étais pratiquant et enseignant en France. Je demandais l'autorisation au Maître des lieux d'assister à un cours comme spectateur. J'ai visité ainsi un grand nombre de clubs (20 ou 25). Mon attitude simple et respectueuse m'a permis de toujours être accueilli de façon chaleureuse et sympathique.

Plusieurs Maîtres ont cherché à savoir quelles étaient mes intentions, d'autres m'ont carrément proposé de les représenter en France et certains sont restés des frères d'armes. En général, je répondais que je désirais uniquement assister à un entrainement rien de plus.

Cette année là, j'ai fait deux séjours au Viet Nam, d'environ 1 mois et demi chacun. Le matin je m'entrainais dans un parc avec une école d'origine chinoise, malgré la sympathie qui s'était installée entre nous, j'ai toujours su que nos relations n'iraient pas plus loin.

Enfin, un jour de novembre 93 la rencontre que j'attendais s'est produite. Alors que je visitais un club, un monsieur m'a abordé et nous avons parlé (quand je dis "parlé" c'est un bien grand mot car il ne parlait que le vietnamien et moi que le français et l'anglais). Une grande amitié s'est néanmoins installée entre nous. Le lendemain je commençais mon entrainement avec lui : Le Maître de l'école de l'école du Tigre Noir du Viet Nam (Hắc Hổ Thiết Quyền Đạo). Depuis , dès que le le peux, je passe une ou deux semaines au Centre d'entrainement de Saïgon. Au fil des années, la confiance s'est établie entre nous et le Maître après avoir validé mon grade, m'a confié en août 1997 le développement de son école pour la France.

Cette expérience je tenais à vous la raconter car vous vous retrouverez peut être un jour à la croisée des chemins. Quelque soit votre âge, quelque soit votre grade, n'hésitez pas à vous remettre en question, à partir au Viet Nam et à redémarrer à zéro. Avec un peu d'humilité et beaucoup de simplicité, vous y gagnerez d'abord des amis mais surtout de la crédibilité dans votre pratique vis à vis de vous même, de vos confrères et de vos élèves car lorsque l'on pratique l'Art Martial Vietnamien, n'est ce pas le minimum que d'avoir le crédit d'une école au Viet Nam ?

Quoiqu'il en soit, le principal c'est que vous aurez au Viet Nam, loin du tohu-bohu des problèmes que nous vivons en France, une source à laquelle vous pourrez vous purifier, vous enrichir et qui vous reconnaîtra."

J.L de Piolant

"Notre source est au Vietnam", n° 26 de la Vie des Clubs de la F.A.M.V. - avril 2000.


Mise à jour le Vendredi, 16 Décembre 2011 12:46

 

Calendrier

«   Octobre 2017   »
lumamejevesadi
      1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
     

suite...